La nature revient dans le Tage

Au milieu des moments difficiles provoqués par la pandémie de coronavirus, voyage à Lisbonne une vision unique place un sourire sur le visage des gens au Portugal – des dauphins éclaboussant près des rives de Lisbonne. «J’adore les dauphins depuis longtemps», a composé un client du marketing sur les réseaux sociaux impressionné par une vidéo diffusée sur le Web d’une équipe de dauphins rebondissant hors de l’eau. «C’est formidable de les voir à proximité, ainsi que dans notre propre fleuve Tage!» Cependant, des dauphins ont été aperçus à l’intérieur du Tage parce que, à l’occasion des romains, les mammifères ne sont généralement plus vus, sur la base d’une déclaration de 2015 avec le Sea College et la Sea Science Relationship à Lisbonne. Mais au cours des deux derniers mois, les canaux des sites Web sociaux ont déjà vécu avec des clips vidéo et des images de dauphins distribués par tous ceux qui ont la chance de capturer la vue de ceux qui sautent hors des vagues. «Avec l’amélioration de la qualité normale de l’eau, la rivière a une nouvelle vie et un groupe de dauphins utiles a été remarqué à plusieurs reprises au cours du dernier mois civil», a écrit le maire de Lisbonne sur Fb. La pandémie a interrompu l’activité des paquebots de croisière et moins de ferries de banlieue ont traversé le fleuve. Mais le biologiste sous-marin Francisco Martinho, qui est un expert des dauphins, a déclaré qu’il y avait clairement beaucoup plus à raconter. «Ce n’est pas depuis que le ruisseau devient beaucoup plus calme que les dauphins y paient du temps supplémentaire», a déclaré Martinho. « C’est parce qu’il y a plus de fruits de mer que d’habitude pour leur permettre de manger. » Martinho a déclaré qu’il n’était pas clair pourquoi beaucoup plus de fruits de mer se trouvaient simplement dans les eaux et a déclaré que les dauphins avaient tendance à partir dans quelques semaines au cas où le poisson résiste. «Cela peut être une période difficile pour tout le monde, mais quelque chose de formidable s’est produit», a commenté un utilisateur final de Facebook ou de myspace sur les photos des dauphins diffusées sur Internet. La plupart des dauphins sont petits, mesurant moins de 3 mètres (10 pieds), et ont également un physique fusiforme, un museau en forme de bec (tribunes) et de simples blancs nacrés ressemblant à des aiguilles. Quelques-uns de ces cétacés sont parfois appelés marsouins, mais les chercheurs choisissent de tirer parti de cette expression comme étant le nom typique des six variétés de la famille Phocoenidae, qui changent toutes des dauphins en obtenant un museau émoussé et une dent spadelike. Les dauphins sont généralement connus pour leur grâce, leur capacité d’apprentissage, leur caractère ludique et leur gentillesse envers les gens. Les types probablement les plus largement acceptés sont les dauphins populaires et à gros nez (Delphinus delphis et Tursiops truncatus, respectivement). Le goulot, vu comme un «sourire intégré» établi avec la courbure de la cavité buccale, est devenu un interprète familiarisé dans les océanariums.

J’ai fait de la conservation des marsouins

J’avais besoin de la meilleure expérience possible en suivant un scientifique ayant une expérience dans l’océan pour des détails supplémentaires sur les dauphins et les baleines. Tous les cétacés révèlent un certain nombre de caractéristiques réelles qui leur permettent de rester toute leur existence dans l’eau. Plus particulièrement, chacun a un physique rationalisé et propre pour réduire les frottements et les turbulences pendant qu’ils se déplacent dans l’eau. Cette rationalisation est due au fait que l’os à l’intérieur de leurs cuisses et jambes avant est diminué et comprimé pour former des palettes nommées palmes qui peuvent ne pas avoir de bouts de doigts ou de griffes. De plus, leur hanche et leurs jambes sont à nouveau incroyablement abaissées et il ne reste que des os pelviens intérieurs. De même, ils n’ont pas d’organes reproducteurs supplémentaires. Les cétacés Guy ont un pénis rétractable, ce qui signifie qu’ils peuvent le tirer vers le haut dans tout leur corps. Les mamelons de la femme peuvent également être secrets dans une fente à l’intérieur de leur ventre. Le désir d’être rationalisé a affecté le contour du crâne ainsi que les organes de sensation qu’il pensait. Les os de la tête et les os de la mâchoire sont devenus allongés, étendus. Les narines, normalement sur la face avant de votre rencontre chez les mammifères du territoire, se sont déplacées vers le sommet dès le départ et sont donc appelées trous de soufflage. Il peut y avoir quelques trous de soufflage, selon les types, ou peut-être une fente sur le dessus. Les trous de soufflage sont connectés aux poumons et peuvent être fermés pour empêcher l’eau normale si le chien plonge. Les cétacés n’ont pas d’oreilles externes, externes, même s’ils ont une très bonne capacité à entendre. Le bruit est transféré pour le conduit auditif interne par voie osseuse. La plupart des individus qui achètent ont une bonne vue, mais certaines espèces vivant dans l’eau potable trouble ont égaré une grande partie du pouvoir de voir. Les cétacés utilisent une méthode de conversation complexe et ils sont considérés comme très intelligents. Ils ont déjà de grands esprits en partie avec toute leur taille corporelle. Toutes les personnes atteintes sont sans poils, elles pourraient avoir quelques poils à l’accouchement, mais utiliser une épaisse couche d’huile essentielle et de graisse supplémentaire appelée graisse sous la peau. Ils peuvent avoir le sang chaud; leur température corporelle principale primaire reste à peu près la même que celle d’un individu, même pendant les eaux froides de l’Arctique. Les cétacés n’ont pas de glandes sudoripares. Ils régulent leur chaleur en contrôlant la quantité de vaisseaux sanguins coulant via leurs nageoires et leurs nageoires, qui ne sont pas recouverts de graisse. Les personnes participant à cet achat sont connues pour leur capacité à plonger sérieusement et à rester sous l’eau pendant de très longues périodes. On voit déjà que les baleines à sperme bondissent à plus de 6 080 orteils (1 853 mètres). Ils ont déjà un programme circulatoire efficace qui leur permet de faire du shopping et d’obtenir de grandes quantités d’air avec leurs vaisseaux sanguins et leur masse musculaire. De plus, chaque fois qu’ils sautent, ils minimisent la circulation sanguine vers leurs muscles squelettiques, ce qui réduit l’utilisation d’oxygène dans les tissus musculaires et maintient la circulation sanguine pour la tête. Enfin, après avoir plongé, ils expulsent, expulsent l’atmosphère de leur système respiratoire. La diminution du volume du flux d’air des poumons leur permet de résister à la haute tension qui se produit chaque fois qu’ils bondissent sérieusement.

La joie de parcourir Tokyo à deux

Il n’ya en aucun cas une chance améliorée de découvrir l’étrange effervescence de Tokyo: ses temples à sushis de 8 à 10 places et ses restaurants étoilés au Michelin (dans lesquels il offre plus que n’importe quelle métropole de la planète); ses hôtels de luxe imminents ainsi que ses joints de jazz nichés; ses jardins zen sereins, loin de ses routes frénétiques et teintées de néons. Le film de 2003 de Sofia Coppola, Lost in Translation, a parfaitement saisi le décalage horaire que les touristes européens avaient tendance à vraiment ressentir lors de leurs propres vacances initiales dans le capital d’investissement japonais. Cependant, ces dernières années, étant donné que, vivre et profiter des joies excentriques de la ville de l’Est est devenu beaucoup plus simple, merci en partie à la motivation de la ville pour améliorer les touristes dans la perspective des Jeux olympiques de 2020. (Yahoo et google Convert aident également!) Il s’agit néanmoins d’un labyrinthe sublimement dépaysant, mais cela vous aidera à découvrir les portes pièges de la ville la plus cool de votre monde. Il n’y a jamais de moment insatisfaisant pour visiter Tokyo, un lieu circulaire avec un certain nombre de saisons spécifiques, toutes reconnues par leurs propres foires, rituels, ainsi que d’autres spectacles culturels. L’automne (de septembre à octobre), favorisé en raison de sa pléthore de soleil, de ses feuilles automnales et de ses plages de températures confortables, et le printemps (retardé de mars à très début avril), lorsque les fleurs de cerisier blanc et rosé prennent le contrôle de la région, sont deux des les moments les plus appropriés pour visiter. L’hiver (de décembre à mars) est glacial et l’heure d’été (de juin à août) est préférable de se protéger – il fait très chaud, humide et (considérablement contre intuitivement) la période la plus mouvementée pour le tourisme. Le Japon possède l’une des meilleures solutions de transport en commun au monde. Les indications imprimées en anglais sur les symptômes sont stockées sur une exposition proéminente, et les chefs de gare sont bien élevés et utiles. Pour obtenir un simple départ, achetez le Pasmo (une caution de 5 $ indispensable, mais vous êtes remboursé chaque fois que vous le renvoyez), qui convient souvent aux trains, bus et taxis. Mais attention: la plupart des paramètres de transport en commun à Tokyo ne fonctionnent pas du jour au lendemain. Ne manquez pas de visiter la partie de la période Edo au Japon, Asakusa, une section populaire pour le temple SensoJi. La région regorge de touristes pour quelque raison que ce soit, week end romantique et cela vaut le détour. Arrêtez également la faïence traditionnelle et certains des meilleurs couteaux du monde à Kappabashi. Aucun plat ne montre mieux la cuisine japonaise que les sushis, mais ne supposez pas que l’arc-en-ciel se déplace dans votre lieu de vente à emporter. Le maki, espèce de poisson non cuit roulé avec du riz et des légumes au nori (algue), et le nigiri, riz garni de wasabi et de fruits de mer non cuits, sont les plus typiques, mais les régions de Chine ont leurs propres versions individuelles. Le Sushi Sawada de Tokyo fournit un étui intemporel: ne combinez jamais le wasabi et la sauce soja, sauf si vous devez insulter le cuisinier. Le barman Shuzo Nagumo adore jouer avec des ingrédients et des méthodes imprévus, utilisant des machines comme des évaporateurs rotatifs et des centrifugeuses pour fabriquer du cognac infusé au cheddar bleu, du miso gin, de la vodka au foie gras et bien plus encore.

Ecosse: les leçon de l’histoire

Scottish Enlightenment, l’association de pensées, d’idées et de publications en Ecosse à travers la seconde moitié du XVIIIe siècle et s’étendant sur plusieurs décennies de part et d’autre de cette période. Les contemporains ont décrit Édimbourg comme un «foyer de génie». Voltaire en 1762 a publié dans un style typiquement provocateur qu ‘«aujourd’hui, c’est en fait de l’Écosse que nous obtenons des réglementations de préférence dans toutes les disciplines, de la poésie épique à l’horticulture», et Benjamin Franklin a capturé l’atmosphère dans le livre consacré à son autobiographie (1794): « Les personnes de bon sens… tombent rarement dans la [contestation], à l’exception des professionnels du droit, des universitaires et des hommes de toutes sortes qui ont été élevés à Édimbourg. » Les personnages avaient été essentiels: les plus importants rétrospectivement sont certainement les philosophes David Hume et Adam Smith, jumelés à l’époque par Thomas Reid et Dugald Stewart. Cependant, les Lumières écossaises n’étaient ni l’une ni l’autre une université particulière de la pensée philosophique ni un seul mouvement cérébral. Mais c’était du mouvement: un mouvement d’idées et la contestation de ces suggestions. Les hommes qui ont produit et contesté ces conseils pendant qu’ils accomplissaient dans les communautés et mangeaient et buvaient à l’intérieur des tavernes de la ville âgée à Édimbourg ont développé une dynamique sur plusieurs fronts. C’était absolument une activité de saveur dans les structures-Robert Adam et son copain génial David, adopté en raison du cours de formation par William Playfair; un mouvement de préférence dans la littérature et les belles lettres-Hugh Blair, le propriétaire du divan de rhétorique initialement au sein de l’Université ou du collège d’Edimbourg, et les poètes David Thomson, Allan Ramsay, et aussi l’unique Robert Burns, ainsi que le dramaturge John Home; un mouvement au sein des disciplines, en particulier dans le portrait – les portraitistes Allan Ramsay et Henry Raeburn ainsi que les portraitistes miniatures de cire et pâte James Tassie, son neveu William Tassie et John Henning. Tout aussi centrales ont été celles qui ont créé des effets durables et formatifs sur la croissance des sciences des mathématiques (Colin Maclaurin), de la médecine (William Cullen), de la biochimie (Joseph Black), du design (James Watt et Thomas Telford) et de la géologie (David Hutton). Enracinant et revitalisant l’action dans chacun de ces domaines, des améliorations ont été apportées à la philosophie qui, bien qu’elles ne déterminent généralement pas une université en particulier, ont donné une perspective aux efforts cérébraux qui étaient essentiels pour les Lumières écossaises. Ces avancées ont obtenu plusieurs caractéristiques cruciales. Le tout premier avait été un doute sur les diverses formes de rationalisme et sur les tentatives de ces types de penseurs comme René Descartes et Gottfried Wilhelm Leibniz de trouver une méthode ou un groupe de règles de rationalité unique à partir desquelles toutes les vérités pouvaient être déduites. Le suivant était le point clé fourni à ce qui était connoté à travers l’émotion et le sens de la terminologie (comme avec l’expression technique «sentiment moral», qui avait été dans la clé du collège du sens éthique créé par le 3e comte de Shaftesbury, alors quand dans le nom donné à la philosophie du bon sens, qui a fait surface en Ecosse au 18ème siècle). Le 3ème était la poussée vers des moyens d’enquête empiriques, et le 4ème, qui attire sur beaucoup d’entre eux, a été fourni un placement bien connu dans le titre des écrits les plus importants et finalement les plus importants de Hume: un traité de caractère humain (1739 -40). Le rêve de Hume, partagé par d’autres individus, serait de remplacer les formes d’intérêt du rationalisme comme moyen de distinguer les vraies des fausses croyances par le développement d’une recherche scientifique sur la nature de l’être humain.

Partager les dividendes

Steve Diggle s’est enrichi en achetant et en vendant les fonds d’autres personnes. Maintenant, il cherche à renverser le modèle d’entreprise qui le rendait prospère. Dès que votre compte de couverture de 5 milliards de dollars figurait parmi les plus importants de l’Asie, Diggle a abandonné le secteur 8 à 10 ans en arrière pour gérer son argent. En marge, il s’est rendu compte que le marché de 3 000 milliards de dollars était truqué: les investisseurs payaient des coûts élevés pour des résultats décevants lorsque les superviseurs gagnaient de grosses sommes en accumulant des biens. Depuis qu’il l’a positionnée, il n’y avait tout simplement aucune raison de penser à la version d’épuisement des comptes de couverture «2 et 20», où les membres de la haute direction facturaient généralement un paiement de contrôle annuel de 2% et percevaient un revenu inférieur de 20%. «Nous avons abandonné notre chemin car au lieu de modèles de fonctionnalités, nous sommes devenus des cueilleurs d’avantages», déclare Diggle à propos de l’argent de couverture. Pour faire face au problème, il a demandé à des collègues de discuter dans les bureaux de son administration des achats Vulpes à Singapour, consacrant six heures à consigner des astuces sur un tableau blanc. Leur option: révéler beaucoup de risques. Il a commencé à évaluer le concept il y a trois ans dans un nouveau fonds, qui a maintenant un actif d’environ 15 000 dollars. Selon la technique mise au point par le personnel de Diggle, Vulpes et les traders du fonds sont les premières victimes des échecs annuels initiaux. Cela fonctionne vraiment comme ceci: Si les courtiers donnent 1 000 dollars au compte de trading Vulpes Set Forex de Diggle et qu’ils refusent environ 2% par an, la société absorbe la perte de 20 000 dollars. Les acheteurs ne perdent pratiquement rien. Ce type de conditions de «première perte» n’est pas entièrement nouveau, mais Diggle inclut une perspective. Avec des baisses plus importantes, les courtiers qui préfèrent un risque réduit, y compris les régimes de retraite à la recherche de profits continus, ont une réduction moins importante que les acheteurs disposés à supporter davantage d’imprévisibilité. Pour compenser, les traders à haut risque ont de plus en plus parlé du chiffre d’affaires mentionné précédemment de 8%. Le fonds engage également des frais d’administration de 0,75%, très faibles pour tous les comptes de couverture. Il accumule une discussion sur le revenu avec une taille qui passe de 15% à 10% des résultats initiaux à 25% ensuite.

Motoneige, se faire des souvenirs pour explorer les splendides paysages du Groenland

J’ai voyagé dans un endroit assez éloigné cette année. J’ai voyagé vers le nord, environ le Groenland. Et puis là, j’ai trouvé que les effets négatifs du changement climatique sont vraiment réels, mais néanmoins, randonnée motoneige nous avons voyagé à partir d’une position précise sur la motoneige. C’était vraiment amusant. Le Groenland, la plus grande île du monde, porte la deuxième plus grande taille de glaçons au monde, la couverture ou la page des glaçons du Groenland. (L’Antarctique est environ 10 fois plus grand.) En 2006, les résultats des satellites ont établi que la banquise du Groenland fond plus rapidement qu’auparavant. Les experts ne sont pas d’accord pour savoir si la fusion continue de s’accélérer, mais certains gourous considèrent qu’une fusion plus rapide est très probable. L’eau de fonte d’une banquise située sur la terre ferme, y compris les glaciers des collines et la couche de glace, améliore les plages océaniques. L’ajout de grandes quantités d’eau douce vers l’Atlantique nord peut également ralentir la thermohaline des océans (pratiquement, «chaleur et sel»), renversant le flux sanguin, qui déplace l’eau normale dans les océans du monde et influence le climat de la planète. La fonte au Groenland a donc deux effets clés, la montée en flèche du niveau d’eau et le ralentissement du flux thermohaline. Nous conduisons maintenant une voiture dans tout le Groenland en motoneige. Environ 80% du Groenland est protégé par une couche de glace d’environ 1,6 km de profondeur à son stade le plus profond. Cette page sera le dépôt d’un grand nombre de plusieurs années de neige hivernale. Les chutes de neige de chaque année ont ajouté un niveau mince, qui fournit de la glace et est couvert par les chutes de neige de l’année suivante. La plus ancienne banquise de la couverture a environ 120 000 ans, mais la calotte y est encore depuis environ un million d’années; le plus mature, plus les glaçons ont très longtemps parce qu’ils se sont écoulés vers l’océan. Si tous les glaçons de la feuille du Groenland se dissolvaient, cela pourrait augmenter les océans d’environ 6,5 m (21 pieds) ou bien plus. Malgré le fait que la plupart des professionnels ont tendance à ne pas supposer actuellement que la fonte complète de votre couverture de banquise est probablement au cours du siècle suivant environ, une fonte considérablement plus rapide due au réchauffement climatique a récemment été mesurée par des satellites et peut même pousser les experts à reconsidérer le possibilité d’une fonte beaucoup plus excessive au Groenland au siècle prochain. Malgré le fait qu’il n’est pas très facile de prévoir la quantité de glace brûlée au Groenland et la rapidité avec laquelle les prévisions précédentes semblent avoir sous-estimées également, les effets de la montée en eau de tout niveau de fonte sont assez faciles à calculer: étant donné beaucoup de mls cubes d’eau de fonte, l’eau doit grimper d’innombrables dans .. Les détails des dernières années ont révélé que la participation du Groenland à l’élévation mondiale du niveau de la mer est passée de .006 po (.15 millimètre) par an dans une demi-douzaine. années les mieux notées environ 2003 à 0,02 « (0,5 millimètre) chaque année de 2004 à 2006 et probablement par conséquent aussi. Les deux tiers de la perte élevée dans un volume de banquise sont dus à un écoulement plus rapide des glaciers, et un tiers est causé par la fonte et le ruissellement de la surface de travail surélevés.Ce fut un voyage incroyablement impressionnant et je vous conseille aussi vraiment d’essayer la motoneige quand vous le pouvez.

Le boost du E-Learning

L’époque où les entreprises devaient placer leurs annonces et leurs informations promotionnelles sur des supports imprimés et électroniques de manière stratégique pour attirer les clients était révolue. Avec les achats sur Internet et l’utilisation prolongée d’Internet par leurs clients, audit seo Lille les entreprises commencent maintenant à investir dans la stratégie de marque des entreprises en ligne. Cela a rendu impératif la conception de sites Web de formation en ligne pour les spécialistes du marketing. Pour les entreprises résidant au Royaume-Uni, cela est d’autant plus important que les entreprises londoniennes sont connues pour leur image de marque. Si vous avez encore des doutes sur la conception de sites Web et la stratégie de marque en ligne, voici les avantages dont vous pouvez profiter.

Le principal avantage dont vous bénéficierez lorsque vous commencerez à utiliser les ressources de conception de sites Web e-learning pour vous former à la création de sites Web marketing efficaces et compétents est que vous trouverez plus de clients en ligne. De plus, la plupart de vos clients ne trouveront pas le temps de regarder la télévision ou de lire les journaux. Ils utilisent en permanence des appareils mobiles pour apprendre et connaître l’actualité, ce qui signifie qu’ils découvriront la plupart de vos nouvelles en ligne plutôt que sur des sites traditionnels. Un autre avantage dont vous profiterez lorsque vous démarrez en personnalisant votre entreprise Les clients londoniens, c’est que vous serez en mesure d’attirer chaque client, ce qui signifie que vous ne manquerez aucun élément démographique. Ce que cela signifie, c’est que tous ceux qui utilisent Internet, c’est-à-dire que tout le monde pourra voir votre site Web ainsi que les publicités que vous diffuserez.

La plupart des spécialistes du marketing auront entendu dire que la stratégie de marque en ligne des entreprises londoniennes n’est pas aussi coûteuse que les moyens de publicité classiques. C’est en fait tout à fait vrai compte tenu du fait que les techniques AdSense et de référencement sont faciles à mettre en œuvre et que vous pouvez les apprendre facilement grâce à de nombreux cours de e-learning sur la conception Web. Vous serez en mesure d’apprendre tout cela et de poursuivre vos efforts de promotion tout en économisant beaucoup de coûts et de paperasse ardue. Le fait que l’Internet soit pour tout le monde et puisse être utilisé n’importe où signifie que vous ne serez pas restreint géographiquement. La localisation ne sera pas un facteur limitant et vous pourrez vous connecter avec des clients, des clients et des associés en tout lieu facilement.

Une bonne raison de commencer et d’apprendre à apprendre un cours de conception Web, c’est que vous serez en mesure d’obtenir de bons emplois même après avoir perdu votre emploi actuel. Avec les achats en ligne devenant un moyen traditionnel de faire des achats, de nombreuses entreprises perdent de l’intérêt pour la présence de brique et de mortier et deviennent de plus en plus intéressées à créer une présence en ligne. Cela signifie que l’apprentissage vous permettra d’obtenir facilement un emploi et que vos compétences seront très demandées. Le fait est que vous suivrez une tendance bien connue et testée; image de marque des entreprises Les entreprises londoniennes sont enclines à le faire car cela les aide à se connecter facilement non seulement avec leurs clients fidèles, mais également avec les nouveaux clients.

Si vous voulez comprendre comment fonctionne la conception Web et comment elle peut aider votre présence en ligne pour une stratégie de marque efficace, vous pouvez commencer par vous renseigner sur la conception Web e-learning et la stratégie de marque de London en ligne, où vous pourrez apprendre tout ce qui s’y trouve.

Alexa, lance nos armes nucléaires!

Il ne peut y avoir de décision plus conséquente que de lancer des armes atomiques et éventuellement de déclencher un holocauste nucléaire. Le président John F. Kennedy a fait face à un tel moment lors de la crise des missiles cubains de 1962 et, après avoir envisagé le résultat catastrophique d’un échange nucléaire américano-soviétique, il est arrivé à la conclusion que les puissances atomiques devraient imposer des barrières sévères à l’utilisation précipitée de ces armes. Parmi les mesures que lui et d’autres dirigeants mondiaux ont adoptées figuraient des directives exigeant que les hauts fonctionnaires, et pas seulement le personnel militaire, aient un rôle à jouer dans toute décision de lancement nucléaire. C’était à l’époque, bien sûr, et c’est maintenant. Et quel moment! Avec l’intelligence artificielle, ou l’IA, qui va bientôt jouer un rôle de plus en plus important dans les affaires militaires, comme dans pratiquement tout le reste de nos vies, le rôle des humains, même dans la prise de décision nucléaire, est susceptible d’être progressivement diminué. En fait, dans un futur monde saturé par l’IA, il pourrait disparaître complètement, laissant des machines déterminer le sort de l’humanité. Ce n’est pas une conjecture oiseuse basée sur des films de science-fiction ou des romans dystopiques. C’est trop réel, trop ici et maintenant, ou du moins ici et bientôt. Alors que le Pentagone et les commandements militaires des autres grandes puissances se tournent vers l’avenir, ce qu’ils voient est un champ de bataille très contesté – certains l’ont appelé un environnement hyper-guerrier – où de vastes essaims d’armes robotisées guidées par l’IA se battront à des vitesses dépassant de loin la capacité des commandants humains à suivre le cours d’une bataille. À un tel moment, on pense que les commandants pourraient de plus en plus être contraints de compter sur des machines toujours plus intelligentes pour prendre des décisions sur les armes à utiliser quand et où. Au début, cela peut ne pas s’étendre aux armes nucléaires, mais à mesure que la vitesse de la bataille augmente et que le coupe-feu «entre elles et les armes conventionnelles se réduit, il peut s’avérer impossible d’empêcher l’automatisation rampante de la prise de décision, même en matière de lancement nucléaire. Un tel résultat ne peut que devenir plus probable à mesure que l’armée américaine achève un réalignement de haut en bas destiné à le transformer d’une organisation antiterroriste fondamentalement de petite guerre en une organisation axée sur le combat entre pairs avec la Chine et la Russie . Ce changement a été mandaté par le ministère de la Défense dans sa stratégie de sécurité nationale de décembre 2017. Plutôt que de se concentrer principalement sur les armes et les tactiques visant à combattre les insurgés mal armés dans des conflits à petite échelle sans fin, l’armée américaine est maintenant repensée pour combattre de plus en plus bien. des forces chinoises et russes équipées dans des engagements multidimensionnels (air, mer, terre, espace, cyberespace) impliquant plusieurs systèmes d’attaque (chars, avions, missiles, fusées) fonctionnant avec une surveillance humaine minimale. L’effet / résultat majeur de toutes ces capacités réunies sera une guerre de l’innovation jamais vue auparavant: la minimisation de la prise de décision humaine dans la grande majorité des processus traditionnellement requis pour mener la guerre », a observé le général de marine à la retraite John Allen et entrepreneur en IA. Amir Hussain. En cette ère d’hyper guerre, nous verrons des humains fournir des intrants larges et de haut niveau tandis que les machines planifieront, exécuteront et s’adapteront à la réalité de la mission et assumeront le fardeau de milliers de décisions individuelles sans apport supplémentaire. » Cette minimisation de la prise de décision humaine »aura de profondes implications pour l’avenir du combat. D’ordinaire, les dirigeants nationaux cherchent à contrôler le rythme et la direction des combats pour garantir le meilleur résultat possible, même si cela signifie arrêter les combats pour éviter de plus grandes pertes ou prévenir une catastrophe humanitaire. Il est peu probable que des machines, même des machines très intelligentes, soient capables d’évaluer le contexte social et politique du combat, leur activation pourrait donc conduire à des situations d’escalade incontrôlée. Il faudra peut-être des années, voire des décennies, avant que les machines ne remplacent les humains dans des rôles critiques de prise de décision militaire, mais ce temps est à l’horizon. En ce qui concerne le contrôle des systèmes d’armes compatibles avec l’IA, comme l’a dit le secrétaire à la défense Jim Mattis dans une récente interview, pour un avenir proche, il y aura un élément humain important. Peut-être pendant 10 ans, peut-être pour 15 ans. Mais pas pour 100. » Pourquoi l’IA? Il y a même cinq ans, rares étaient les membres de l’establishment militaire qui ont beaucoup réfléchi au rôle de l’IA ou de la robotique lorsqu’il s’agissait d’opérations de combat majeures. Oui, les avions télépilotés (RPA), ou drones, ont été largement utilisés en Afrique et dans le Grand Moyen-Orient pour traquer les combattants ennemis, mais ceux-ci sont en grande partie des opérations auxiliaires (et parfois de la CIA), destinées à soulager la pression sur les commandos américains et leurs alliés face à des bandes dispersées d’extrémistes violents. De plus, les RPA d’aujourd’hui sont toujours contrôlés par des opérateurs humains, même à distance, et utilisent encore peu les systèmes d’identification et d’attaque des cibles basés sur l’IA. À l’avenir, cependant, de tels systèmes devraient peupler une grande partie de n’importe quel espace de combat, remplaçant les humains dans de nombreuses, voire la plupart des fonctions de combat. Pour accélérer cette transformation, le ministère de la Défense consacre déjà des centaines de millions de dollars à la recherche liée à l’IA. Nous ne pouvons pas espérer réussir à combattre les conflits de demain avec la pensée, les armes ou l’équipement d’hier », a déclaré Mattis au Congrès en avril. Pour assurer la suprématie militaire continue, a-t-il ajouté, le Pentagone devrait concentrer plus d’investissements dans l’innovation technologique pour augmenter la létalité, y compris la recherche sur les systèmes autonomes avancés, l’intelligence artificielle et l’hypersonique. » Pourquoi l’accent soudain mis sur l’IA et la robotique? Cela commence, bien sûr, par les progrès étonnants réalisés par la communauté technologique – dont une grande partie est basée dans la Silicon Valley, en Californie – pour améliorer l’IA et l’appliquer à une multitude de fonctions, y compris l’identification d’images et la reconnaissance vocale. L’une de ces applications, Alexa Voice Services, est le système informatique derrière le haut-parleur intelligent d’Amazon qui peut non seulement utiliser Internet pour faire vos enchères, mais interpréter vos commandes. (Alexa, joue de la musique classique. « Alexa, dis-moi la météo d’aujourd’hui. » Alexa, allume les lumières. « ) Un autre est le type de technologie de véhicule autonome qui devrait révolutionner le transport. L’intelligence artificielle est une technologie omnidirectionnelle », expliquent les analystes du Congressional Research Service, une agence d’information non partisane, car elle a le potentiel d’être intégrée dans pratiquement tout.» Il s’agit également d’une technologie à double usage dans la mesure où elle peut être appliquée aussi bien à des fins militaires que civiles. Les voitures autonomes, par exemple, s’appuient sur des algorithmes spécialisés pour traiter les données d’un ensemble de capteurs surveillant les conditions de circulation et ainsi décider des itinéraires à prendre, du moment de changer de voie, etc. La même technologie et les versions reconfigurées des mêmes algorithmes seront un jour appliquées aux chars autonomes lancés sur les futurs champs de bataille. De même, un jour, un drone – sans opérateurs humains dans des lieux éloignés – sera capable de parcourir un champ de bataille pour trouver des cibles désignées (chars, systèmes radar, combattants), en déterminant que quelque chose qu’il voit « est bien sur sa liste de cibles et en décidant » de se lancer un missile. Il ne faut pas un cerveau particulièrement agile pour comprendre pourquoi les responsables du Pentagone chercheraient à exploiter une telle technologie: ils pensent que cela leur donnera un avantage significatif dans les guerres futures. Tout conflit à grande échelle entre les États-Unis et la Chine ou la Russie (ou les deux) serait, pour le moins, extraordinairement violent, avec peut-être des centaines de navires de guerre et plusieurs milliers d’avions et de véhicules blindés tous concentrés dans des espaces de combat densément peuplés. Dans un tel environnement, la vitesse de prise de décision, de déploiement et d’engagement s’avérera sans aucun doute un atout essentiel. Compte tenu des futures armes ultra-intelligentes et guidées avec précision, quiconque tire le premier aura de meilleures chances de succès, voire de survie, qu’un adversaire à tir plus lent. Les humains peuvent se déplacer rapidement dans de telles situations lorsqu’ils sont obligés de le faire, mais les futures machines agiront beaucoup plus rapidement, tout en gardant une trace de plus de variables sur le champ de bataille. Comme le général Paul Selva, vice-président des chefs d’état-major interarmées, l’a déclaré au Congrès en 2017, Il est très convaincant quand on examine les capacités que l’intelligence artificielle peut apporter à la vitesse et à la précision du commandement et du contrôle et les capacités que la robotique avancée pourrait apporter à un espace de bataille complexe, en particulier l’interaction machine à machine dans l’espace et le cyberespace, où la vitesse est essentielle. » En plus de chercher à exploiter l’IA dans le développement de ses propres armes, les responsables militaires américains sont profondément conscients que leurs principaux adversaires avancent également dans l’arsenalisation de l’IA et de la robotique, à la recherche de nouvelles façons de surmonter les avantages de l’Amérique dans les armes classiques. Selon le Congressional Research Service, par exemple, la Chine investit massivement dans le développement de l’intelligence artificielle et son application à des fins militaires. Bien qu’elle ne dispose pas de la base technologique de la Chine ou des États-Unis, la Russie accélère également le développement de l’IA et de la robotique. Toute avance significative de la Chine ou de la Russie dans ces technologies émergentes qui pourraient menacer la supériorité militaire de ce pays serait intolérable pour le Pentagone. Il n’est donc pas surprenant que, à la manière des courses aux armements passées (du développement des cuirassés avant la Première Guerre mondiale aux armes nucléaires de la guerre froide), une course aux armements en IA »est en cours, avec les États-Unis, la Chine, la Russie et d’autres pays. (y compris la Grande-Bretagne, Israël et la Corée du Sud) cherchant à obtenir un avantage critique dans l’arsenalisation de l’intelligence artificielle et de la robotique. Les responsables du Pentagone citent régulièrement les avancées chinoises en matière d’IA lorsqu’ils recherchent un financement du Congrès pour leurs projets, tout comme les responsables militaires chinois et russes citent sans aucun doute les Américains pour financer leurs propres projets favoris. À la mode d’une véritable course aux armements, cette dynamique accélère déjà le rythme de développement et de déploiement de systèmes reposant sur l’IA et assure leur future importance dans la guerre. Commander et contrôler Alors que cette course aux armements se déroule, l’intelligence artificielle sera appliquée à tous les aspects de la guerre, de la logistique et de la surveillance à l’identification des cibles et à la gestion des combats. Des véhicules robotisés accompagneront les troupes sur le champ de bataille, transportant des fournitures et tirant sur les positions ennemies; des nuées de drones armés attaqueront les chars, les radars et les centres de commandement ennemis; les véhicules sous-marins sans pilote, ou UUV, poursuivront à la fois les sous-marins ennemis et les navires de surface. Au début du combat, tous ces instruments de guerre seront sans aucun doute contrôlés par l’homme. Cependant, à mesure que les combats s’intensifient, les communications entre le quartier général et les lignes de front risquent d’être perdues et ces systèmes seront, selon les scénarios militaires déjà écrits, autonomes, habilités à prendre des mesures meurtrières sans autre intervention humaine. La majeure partie du débat sur l’application de l’IA et sa future autonomie sur le champ de bataille s’est concentrée sur la moralité de l’autonomisation d’armes entièrement autonomes – parfois appelées robots tueurs »- avec la capacité de prendre des décisions de vie ou de mort par elles-mêmes, ou de savoir si l’utilisation de tels systèmes violerait les lois de la guerre et le droit international humanitaire. De tels statuts exigent que les faiseurs de guerre soient capables de faire la distinction entre les combattants et les civils sur le champ de bataille et d’épargner ces derniers du plus possible. Les partisans de la nouvelle technologie affirment que les machines deviendront en effet assez intelligentes pour trier ces distinctions pour elles-mêmes, tandis que les opposants insistent sur le fait qu’ils ne se révéleront jamais capables de faire des distinctions critiques de ce genre dans le feu de la bataille et ne seraient pas capables de faire preuve de compassion quand approprié. Un certain nombre d’organisations de défense des droits de l’homme et d’organisations humanitaires ont même lancé la Campagne pour arrêter les robots tueurs dans le but d’adopter une interdiction internationale du développement et du déploiement de systèmes d’armes entièrement autonomes. Dans l’intervalle, un débat peut-être encore plus important se dessine dans le domaine militaire sur l’application de l’IA aux systèmes de commandement et de contrôle (C2), c’est-à-dire sur la manière dont les officiers supérieurs communiqueront les ordres clés à leurs troupes. Les généraux et les amiraux cherchent toujours à maximiser la fiabilité des systèmes C2 pour s’assurer que leurs intentions stratégiques seront remplies aussi complètement que possible. À l’ère actuelle, ces systèmes dépendent fortement de systèmes de communication radio et satellite sécurisés qui s’étendent du siège social aux premières lignes. Cependant, les stratèges craignent que, dans un futur environnement hyper-guerre, de tels systèmes puissent être bloqués ou dégradés juste au moment où la vitesse des combats commence à dépasser la capacité des commandants à recevoir des rapports sur le champ de bataille, à traiter les données et à envoyer des commandes en temps opportun. Considérez cela comme une définition fonctionnelle du brouillard de guerre infâme multiplié par l’intelligence artificielle – avec une défaite un résultat probable. La réponse à un tel dilemme pour de nombreux responsables militaires: que les machines prennent également le contrôle de ces systèmes. Comme le dit un rapport du Congressional Research Service, à l’avenir, les algorithmes d’IA pourraient fournir aux commandants des plans d’action viables basés sur une analyse en temps réel de l’espace de bataille, ce qui permettrait une adaptation plus rapide aux événements en cours. » Et un jour, bien sûr, il est possible d’imaginer que les esprits derrière une telle prise de décision cesseraient d’être humains. Les données entrantes provenant des systèmes d’information du champ de bataille seraient plutôt acheminées vers des processeurs d’IA axés sur l’évaluation des menaces imminentes et, compte tenu des contraintes de temps impliquées, l’exécution de ce qu’ils considéraient comme les meilleures options sans instructions humaines. Les responsables du Pentagone nient que tout cela soit l’intention de leurs recherches liées à l’IA. Ils reconnaissent cependant qu’ils peuvent au moins imaginer un avenir dans lequel d’autres pays délèguent la prise de décision aux machines et les États-Unis ne voient d’autre choix que de suivre leur exemple, de peur qu’ils ne perdent le terrain stratégique. Nous ne déléguerons pas l’autorité létale à une machine pour prendre une décision », a déclaré le secrétaire adjoint à la Défense de l’époque, Robert Work, à Paul Scharre du Center for a New American Security dans une interview en 2016. Mais il a ajouté la mise en garde habituelle: à l’avenir, nous pourrions être confrontés à un concurrent qui est plus disposé à déléguer l’autorité aux machines que nous ne le sommes et à mesure que la concurrence se déroulera, nous devrons prendre des décisions sur la manière de concurrencer. » La décision du Jugement dernier L’hypothèse dans la plupart de ces scénarios est que les États-Unis et leurs alliés seront engagés dans une guerre conventionnelle avec la Chine et / ou la Russie. Gardez à l’esprit, alors, que la nature même d’une telle hyper-guerre future dirigée par l’IA ne fera qu’augmenter le risque que les conflits conventionnels puissent franchir un seuil qui n’a jamais été franchi auparavant: une véritable guerre nucléaire entre deux États nucléaires. Et si cela se produisait, ces systèmes C2 dotés de l’IA pourraient, tôt ou tard, se retrouver en position de lancer des armes atomiques. Un tel danger provient de la convergence de multiples avancées technologiques: pas seulement l’IA et la robotique, mais le développement de capacités de frappe conventionnelles comme des missiles hypersoniques capables de voler à cinq fois ou plus la vitesse du son, des canons électromagnétiques et des hautes énergies lasers. Ces armes, bien que non nucléaires, lorsqu’elles sont combinées avec des systèmes de surveillance et d’identification des cibles par l’IA, pourraient même attaquer les armes de représailles mobiles d’un ennemi et menacer ainsi d’éliminer sa capacité à lancer une réponse à toute attaque nucléaire. Dans un tel scénario, utilisez-les ou perdez-les. Tout pouvoir pourrait être enclin à ne pas attendre, mais à lancer ses armes nucléaires au premier signe d’une attaque possible, ou même, craignant une perte de contrôle dans un engagement incertain et rapide, déléguer l’autorité de lancement à ses machines. Et une fois que cela s’est produit, il pourrait s’avérer presque impossible d’empêcher une nouvelle escalade. La question se pose alors: les machines prendraient-elles de meilleures décisions que les humains dans une telle situation? Ils sont certainement capables de traiter de grandes quantités d’informations sur de brèves périodes et de peser les avantages et les inconvénients des actions alternatives d’une manière complètement sans émotion. Mais les machines font aussi des erreurs militaires et, surtout, elles n’ont pas la capacité de réfléchir sur une situation et de conclure: arrêtez cette folie. Aucun avantage au combat ne vaut l’annihilation humaine mondiale. Comme l’a dit Paul Scharre dans Army of None, un nouveau livre sur l’IA et la guerre, les humains ne sont pas parfaits, mais ils peuvent sympathiser avec leurs adversaires et voir la situation dans son ensemble.

Parce que j’aime Londres

Londres, au Royaume-Uni, a subi d’importants dégâts pendant la Seconde Guerre mondiale à la suite de bombardements aériens, qui ont dévasté les quais et de nombreux domaines commerciaux, domestiques et professionnels, comme le cœur ancien de la région. Environ 30 000 Londoniens sont morts des suites de l’action de l’adversaire dans le ciel au-dessus des fonds, et 50 000 autres ont été blessés. La fin des hostilités a entraîné le retour des évacués et la reconstruction de la ville a commencé en même temps, bien que les ressources en matière de construction aient été désespérément proposées. Pendant la guerre, plus le plan de Londres, au Royaume-Uni (1944) avait été préparé comme une stratégie de reconstruction et en plus de déplacer certains Londoniens avec leur carrière dans de nouvelles villes à travers les fonds et dans des «zones assistées» dans certains aspects des provinces anglaises. La conception des maisons les plus récentes a été frustrée et manipulée en toute sécurité à l’intérieur d’une ceinture verte près du Royaume-Uni, ainsi que la croissance dispersée de la métropole qui s’est produite dans des régions beaucoup plus éloignées du sud-est de la Grande-Bretagne. Le dernier travail des municipalités (1946) a permis de faire monter jusqu’à 8 à 10 nouveaux établissements en dehors de la ville. L’adoption de lois sur la préparation des villes et des campagnes, en particulier en 1947 et 1968, a fourni aux autorités des villes et des comtés des capacités sans précédent d’achat de territoire et de contrôle de l’avancement au Royaume-Uni. La Fête de la Grande-Bretagne (1951) proclame la récupération fédérale et génère le Noble Festival Hallway sur la rive sud de la Tamise, ainsi que la résidence Lansbury (un lieu de réaménagement à Poplar). Néanmoins, la pollution grave du flux d’air par les foyers à domicile et les cheminées commerciales éliminant le charbon a contribué au grand smog de 1952, qui a joué un rôle dans la mort de 4 000 Londoniens. Au cours du quart de siècle suivant, il semblait y avoir des dépenses importantes pour le nettoyage des bidonvilles, la construction de maisons et d’appartements neufs et l’amélioration des services professionnels. La préparation métropolitaine a été beaucoup plus largement approuvée, ainsi qu’une large couverture pour rediriger une partie du travail et des maisons vers des localités situées au-delà de la région constamment développée de Londres. En conséquence, le volume de résidents de Better London, au Royaume-Uni, est passé d’environ 8 193 000 en 1951 à environ 6 600 000 en 1991; néanmoins, la croissance se poursuit dans d’autres parties du sud-est. Le port de Central London, qui avait en fait été dévasté pendant la Seconde Guerre mondiale, a été réparé dans les années 1950. Cependant, entre 1968 et 1981, les quais de la ville ont été fermés à la circulation en raison de leurs dimensions modestes, de leurs relations de travail difficiles, de leur mauvais contrôle et de la concurrence très efficace des principaux plug-ins des pays européens continentaux, en particulier Europoort à Rotterdam, aux Pays-Bas. Tout au long des années 1980, la Docklands Improvement Corporation de Londres, au Royaume-Uni, a préconisé des changements importants dans les Docklands, notamment la création de nouvelles propriétés et un grand nombre de nouveaux lieux de travail (en particulier à Canary Wharf). À cette époque, Londres, au Royaume-Uni, a connu une désindustrialisation importante, avec des secteurs de marché vieillis qui ont été placés dans des occasions victoriennes s’effondrant et de nombreuses industries plus récentes, datant de l’entre-deux-guerres plusieurs années et trouvées le long des principales autoroutes rayonnantes organisées dans ces générations, révélant exactement la même chose. destin. L’économie de Londres s’est développée pour être considérablement adaptée aux transactions financières et à plusieurs autres types d’exercice de services. Ces secteurs du marché de la conjoncture économique ont été renforcés par des variations législatives au milieu des années 80 qui ont eu un effet sur les transactions financières. En conséquence, le paysage urbain de nombreux éléments de la zone ainsi que le West Stop ont été convertis à mesure que de nouveaux complexes de travail importants avaient été créés. Des illustrations bien connues sont Broadgate, sur le site Web de l’ancienne station de quartier étendu; Royaume-Uni Link City, à côté de la Tamise; ainsi que la création du Lloyd’s. De plus, les grands aéroports de Londres à Heathrow et Gatwick ont ??été élargis, un nouvel aéroport important ouvert à Stansted (30 kilomètres [50 km] au nord de la métropole), ainsi qu’un petit aéroport pour les vols vers l’ouest traditionnel des pays européens a commencé à courir dans les Docklands. La fin de l’autoroute orbitale M25 a permis aux automobiles de traverser avec succès le capital d’investissement plutôt que de se délocaliser par ce biais. Cependant, la congestion routière est restée un dilemme important, même le M25 étant considérablement rempli de trafic ciblé.

Une excursion en montgolfière sur le Mont Fuji

Je viens de faire une excellente expérience pratique, c’était un voyage en montgolfière. Je l’ai fait en France, et ce fut une merveilleuse expertise en plein essor. Et cela m’a rappelé d’habitude celui que je vivais en Chine il y a longtemps. Cette promenade en montgolfière a été l’expérience idéale de la vie. C’était au-dessus du mont Fuji. S’élevant à 12 388 pieds (3 776 mètres), Attach Fuji est la plus haute montagne de Chine et est reconnue pour son développement conique gracieux. C’est le symbole sacré du pays, et des temples et sanctuaires sont situés à peu près sur le volcan. L’escalade du sommet de la montagne est certainement une pratique religieuse et Fuji est l’une des attractions touristiques les plus demandées du Japon. La colline est située à Yamanashi et Shizuoka ken (préfectures) du centre de Honshu, au Japon, à environ 60 ml (100 km) à l’ouest de la région métropolitaine de Tokyo-Yokohama. Ce sera le principal attribut du parc national de Fuji-Hakone-Izu à votre voiture, en fait, elle se trouve au milieu de votre site Web du patrimoine mondial de l’UNESCO spécifié en 2013. L’origine de la marque de votre montagne est incertaine. Il apparaît tout d’abord comme Fuji no Yama dans Hitachi no kuni fudoki (713 CE), un rapport antérieur du gouvernement fédéral. Sur la liste des nombreuses théories concernant la façon d’obtenir le nom, il vient d’une expression Ainu qui signifie «feu», avec san, l’expression japonaise pour «montagne». Les idéogrammes du peuple chinois (kanji) maintenant utilisés pour composer Fuji évoquent encore plus un sentiment de très bonne fortune ou de santé. Install Fuji, avec sa forme conique gracieuse, devient célèbre dans le monde entier et est considéré comme la marque sacrée du Japon. Chez les Japonais, vous découvrirez une sensation de détection personnelle avec la montagne, et chaque été un grand nombre de Japonais grimpent pour le sanctuaire sur son sommet. Son impression est reproduite à maintes reprises dans les œuvres d’art japonaises, probablement pas plus que dans le nombre de gravures sur bois 40-6 Landscapes of Position Fuji de Hokusai, qui ont été initialement publiées en 1826 et 1833. Cette balade en ballon est devenue l’expérience la plus efficace avec mon bien-être. Comme indiqué par les traditions, le volcan a été formé en 286 avant notre ère par un tremblement de terre. La vérité est assez plus technique. L’âge Fuji est contesté, mais il se peut qu’il se soit formé au cours des 2,6 derniers millions d’années sur une base en ligne datant d’environ 65 millions d’années; les premières éruptions et les tout premiers pics ont probablement eu lieu il y a environ 600 000 ans. Le sommet de montagne actuel peut être un composite de trois volcans successifs: au fond se trouve Komitake, qui avait été surmonté par Ko Fuji («Old Fuji») et, enfin, par le plus récent, Shin Fuji («New Fuji») . Au cours des millénaires, la lave et d’autres éjectas de Ko Fuji ont pris soin de la majorité de Komitake, bien que le sommet du cône de ce dernier continue de dépasser de votre pente de Ko Fuji. Shin Fuji a probablement initialement commencé à être actif environ dix mille dans le passé et contient a continué depuis à couver ou à éclater de temps en temps. En cours de route, il a achevé les pentes de ses deux prédécesseurs et inclus la zone du sommet, ce qui rend la montagne effilée maintenant pratiquement excellente. Le sommet de la montagne fait partie du secteur volcanique de Fuji, vol en montgolfière une chaîne volcanique qui s’étend vers le nord depuis vos îles Mariannes ainsi que les îles Izu via la péninsule d’Izu jusqu’à la partie supérieure de Honshu. Le volcan inférieur mesure environ 78 kilomètres (125 km) de circonférence et contient une taille d’environ 25 à 30 milles (40 à 50 km). Avec le sommet d’Install Fuji, le cratère s’étend sur environ 1600 pieds (500 mètres) de diamètre de la surface de travail et les bassins dans un degré d’environ 820 pieds. (250 mètres). À travers les coins déchiquetés du cratère se trouvent 8 pics: Oshaidake, Izudake, Jojudake, Komagatake, Mushimatake, Kengamine, Hukusandake et Kusushidake.