La fin des biplans

La disparition de la Jenny et de ses contemporains a ouvert la voie à une nouvelle génération d’avions de l’aviation générale destinés à opérateurs fixes et barnstormers. La plupart de ces nouveaux appareils utilisaient un fuselage en tube d’acier soudé et des la structure de l’aile et incorporé un tissu couvrant sur toute la structure. L’avion représenté aux figures 4.4 et 4.5 sont typiques des catégories d’aéronefs construits au cours de la dernière partie des années 20. Le Curtiss Robin illustré à la figure 4.4 a été conçu sur le modèle de la formule monoplan à jambe de force popularisée par Spirit of St. Louis de Lindbergh. le L’avion était construit de façon rugueuse en vue d’opérer à partir d’aérodromes ou de pâturages mal préparés. La cabine fermée sièges prévus pour un pilote à l’avant et deux passagers à l’arrière. L’avion était généralement équipé de soit un moteur radial six cylindres Curtiss Challenger, soit un moteur radial cinq cylindres Wright J6-5. Les spécifications données au tableau II concernent le Robin alimenté par Challenger, qui avait 185 chevaux et était capable de supporter un maximum de vitesse de 115 miles par heure. L’avion était équipé de freins de roue et d’une roue arrière dérapante. La traînée Le coefficient de Robin était très élevé (0,0585), ce qui résultait probablement des très gros cylindres de la surface exposée. moteur radial, les nombreux virages serrés du pare-brise orienté vers l’avant et les jonctions relativement inéquitables entre la multitude d’entretoises soutenant les ailes … Le type biplan était toujours populaire et est illustré par le Travelair 4000 de 1928 illustré à la figure 4.5. L’avion était typique d’un grand nombre de biplans ouverts à trois places dans lesquels le pilote était assis seul dans le cockpit arrière et deux les passagers ont été placés sous l’aile près du centre de gravité dans un cockpit ouvert. L’avion est vu utiliser des entretoises et des fils pour caler les ailes, mais ils sont beaucoup moins nombreux que ceux utilisés dans le monde typique Le biplan de la première guerre mondiale représenté par le DH-4 est illustré aux figures 2.26 et 2.27. Beaucoup de puissance différente à la fin des années 1920. le Le vénérable Curtiss OX − 5 moteur refroidi par eau de la Première Guerre mondiale était encore disponible en grand nombre et formait source bon marché de centrales pour les nouveaux aéronefs. Moteurs de plus haute puissance et de plus grande fiabilité, les usines ont été utilisées dans la biplans à cockpit ouvert produits, tels que le Wright Whirlwind, étaient également disponibles, mais ces moteurs étaient considérablement plus coûteux que les moteurs excédentaires de la Première Guerre mondiale. Le Travelair 4000 illustré à la figure 4.5 présente le Wright Moteur radial à neuf cylindres Whirlwind. Les grands ailerons équilibrés en corne et le gouvernail du Travelair sont particulièrement remarquable. [86] Des commandes équilibrées de ce type ont été utilisées pour le Fokker D − 7 allemand de la Première Guerre mondiale, la figure 2.14 et formé une caractéristique distinctive de l’aéronef. Pour cette raison, le Travelair 4000, fabriqué en Allemagne Wichita, au Kansas, est souvent appelée le Wichita Fokker. Avion du millésime du Curtiss Robin et du Travelair 4000 sont des antiquités très prisées de nos jours et font l’objet d’une restauration minutieuse. Le Robin a été utilisé dans les années 1920 et les années 1930 dans plusieurs vols d’endurance record, et à la fin des années 1930, il a volé sans escale à travers l’Atlantique par Douglas Corrigan. Pendant ce temps, les services militaires sont restés attachés au concept de biplan pour leurs avions de chasse, avions d’observation, bombardiers, et d’autres classes d’aéronefs. L’un des derniers chasseurs biplans mis au point pour le Corps aérien de l’armée américaine et l’un des Le Curtiss Hawk P-6E, illustré à la figure 4.6, est un modèle élégant. Cet avion trace sa lignée jusqu’au Curtiss Hawk P-1 de 1925, dérivé à son tour, au moins en partie, des avions de course Curtiss de cette période. Le P − 6E était le dernier de la ligne de biplans de chasseurs Hawk construits pour le corps aérien de l’armée américaine. Différentes versions du Hawk ont également été acheté par la marine américaine et un certain nombre de pays étrangers. Pour plus d’informations, allez sur le site de ce vol en avion de chasse.

La sélection naturelle

Mais les voitures et les armes à feu sont un phénomène récent. Pour plus de 2 millions de années, les réseaux de neurones humains ont continué de croître, mais en dehors de des couteaux en silex et des bâtons pointus, les humains avaient peu de choses à montrer. Ce qui a ensuite fait progresser l’évolution du cerveau humain massif au cours de ces 2 millions d’années? Franchement, nous ne savons pas. Un autre trait humain singulier est que nous marchons debout sur deux jambes. Debout, il est plus facile de scanner la savane à la recherche de gibier ou d’ennemis, ainsi que des armes nécessaires à la locomotion sont libérés à d’autres fins, comme le jet de pierres ou Nalling. Plus ces mains pouvaient faire de choses, plus leurs propriétaires réussissaient étaient, de sorte que la pression de l’évolution a entraîné une concentration croissante de les nerfs et les muscles finement accordés dans les paumes et les doigts. En conséquence, les humains peuvent effectuer des tâches très complexes avec leurs mains. En particulier, ils peuvent produire et utiliser des outils sophistiqués. Les premières preuves de production d’outils datent d’environ 2,5 millions d’années, et la fabrication et l’utilisation des outils sont les critères selon lesquels les chaéologues reconnaissent les humains anciens. Pourtant, marcher debout a ses inconvénients. Le squelette de nos ancêtres primates développé depuis des millions d’années pour soutenir une créature qui marchait à quatre pattes et avait une tête relativement petite. S’adapter à une position verticale était tout un défi, surtout lorsque l’échafaudage devait supporter un crâne extra-large. Humanité payé pour sa vision haute et ses mains laborieuses avec maux de dos et le cou raide. Les femmes ont payé un supplément. Une démarche droite nécessitait des hanches plus étroites, resserrant la canal de naissance – et ceci juste au moment où la tête des bébés devenait de plus en plus grande. La mort lors de l’accouchement est devenue un risque majeur pour les femmes. Les femmes qui ont donné naissance plus tôt, lorsque le cerveau et la tête du nourrisson étaient encore relativement petits et souples, a mieux vécu et a vécu pour avoir plus d’enfants. La sélection naturelle en conséquence favorisé les naissances antérieures. Et, en effet, par rapport aux autres animaux, les humains sont nés prématurément, alors que bon nombre de leurs systèmes vitaux sont encore sous-développés. Un poulain peut trot peu de temps après la naissance; un chaton quitte sa mère pour se nourrir seul quand il vient quelques semaines. Les bébés humains sont impuissants et dépendent de leurs enfants pendant de nombreuses années. les anciens pour la subsistance, la protection et l’éducation.

Un Islam en France

Lorsque le président français Emmanuel Macron a déclaré le mois dernier dans une interview qu’il envisageait de « définir des repères sur la manière dont l’islam est organisé en France », il n’a pas fait d’annonce sans précédent. Il s’est plutôt engagé à réussir là où ses prédécesseurs ont échoué. Les gouvernements qui se sont succédé depuis les années 1980 ont tenté de créer une marque d’islam particulière à la France, avec le double objectif d’intégrer la minorité musulmane du pays et de lutter contre l’extrémisme islamiste. L’objectif était de créer un islam qui soit conforme aux valeurs nationales, notamment la laïcité, et à l’abri des interprétations radicales qui ont pris pied dans certaines parties du monde musulman. Ironiquement, les tentatives passées de codifier une sorte d’islam français – transformant l’islam en France en un islam français – ont été profondément mêlées aux pays d’origine des musulmans français, notamment le Maroc, l’Algérie et la Turquie. En 2015, par exemple, le président de l’époque, François Hollande, a signé un accord avec le gouvernement marocain. monarchie d’envoyer des imams français dans un institut de formation à Rabat. Le résultat est une crise de représentation et de légitimité. Les organisations existantes, affiliées à l’État ou non, ne représentent pas les diverses communautés musulmanes en France. Cela sape l’intégration des musulmans dans la société en général et, selon le gouvernement Macron, crée un espace pour des idéologies dangereuses. Dans le même temps, de nombreux musulmans envisagent une approche descendante pour gérer l’islam de manière à ce qu’il soit domestiqué ou condescendant, en particulier à la lumière de l’héritage colonial non résolu de la France dans le monde arabo-musulman – un moyen d’assimiler l’islam jusqu’à l’invisibilité. Il existe une autre raison pour laquelle les observateurs peuvent considérer les efforts de l’État avec scepticisme. L’objectif premier – rarement énoncé explicitement et souvent intégré à des platitudes rhétoriques sur la cohésion sociale – est clair: lutter contre la radicalisation. « Il est toujours sous-entendu qu’un islam français est modéré et opposé au terrorisme », a déclaré Olivier Roy, spécialiste de l’islam professeur à l’Institut universitaire européen de Florence. « Mais qu’est-ce que cela signifie pour une religion d’être modéré? » On estime à 6 millions le nombre de musulmans en France, soit 8% de la population, au centre du calcul contemporain de l’identité nationale dans un pays attaché à la laïcité, ou laïcité étatique, le principe juridique de 1905 qui sépare l’Église et l’État et prescrit la neutralité de l’État sur la religion. Plus récemment, ce débat s’est greffé sur la lutte contre l’extrémisme islamiste et les attaques de ce mois-ci dans les villes de Carcassone et Trèbes, dans le sud du pays, perpétrées par un homme d’origine marocaine, naturalisé en 2004, ont encore aggravé les inquiétudes de la population. Depuis 2013, au moins 1 700 Français ont rejoint les rangs de l’État islamique en Irak et en Syrie; citoyens ont été à l’origine de plusieurs attentats auxquels la France a été confrontée en 2015 et 2016. Toutefois, l’inquiétude nationale suscitée par la compatibilité même de l’islam avec la République française remonte au moins aux années 1970 et 1980, lorsque des immigrants venus temporairement d’anciennes colonies françaises (notamment en Afrique du Nord) ont commencé à s’installer définitivement en France. Cette réalité a déclenché une série de tentatives étatiques pour gérer l’intégration musulmane. « La communauté musulmane est fatiguée et déçue par une série d’offres ridicules et humiliantes », m’a dit M’hammed Henniche, président de l’Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis, district à majorité musulmane au nord-est de Paris. faisant référence aux politiques qui ont attaché l’islam français au monde arabe.

Sauver la France avant l’Europe

Emmanuel Macron a annoncé son arrivée sur la scène mondiale en mai dernier en s’emparant de Donald Trump et en ne le lâchant pas. Le président français, le plus jeune président de la France, était au pouvoir depuis onze jours, à l’occasion du sommet de l’OTAN tenu à Bruxelles. Trump est connu pour avoir tenté de dominer ses collègues politiques avec une poigne agressive, mais Macron a renversé les rôles, saisissant sa main et le tenant alors que Trump essayait de s’écarter. Macron a ensuite fait ses remarques en français, même s’il parle couramment anglais. Trump, sans oreillette de traduction, hocha la tête avec ferveur. Le problème était clair: Macron n’allait pas être dominé.

Sa stratégie semble avoir fonctionné. Un haut responsable du palais présidentiel de l’Elysée a déclaré que Macron et Trump avaient établi une relation solide. Selon des responsables américains, le président français est devenu une voix influente de Trump sur l’Iran, la Syrie et le commerce. En dépit de leurs différences évidentes de caractère, les deux sont des outsiders politiques qui ont peu de patience pour la finesses, dit le fonctionnaire français. Cela leur permet de se mettre au travail, même en cas de désaccord. Trump a récompensé Macron, âgé de 40 ans, avec ce qui sera la première visite officielle de sa présidence, prévue du 23 au 25 avril. Macron arrive mieux à Washington avec Trump que son homologue allemand, la chancelière Angela Merkel, qui se rend à la Maison-Blanche le 27 avril, mais pour une journée seulement. Les frappes aériennes alliées contre la Syrie constituaient une victoire diplomatique pour Macron, qui était le premier et le plus ardent défenseur d’une réponse militaire à une attaque chimique présumée contre des civils, confirmant ainsi sa position en tant qu’un de ses homologues étrangers les plus dignes de confiance. Le futur ambassadeur de Trump dans le pays, Richard Grenell, a reproché à l’Allemagne d’avoir refusé de se joindre à la coalition. «Macron est le seul grand leader européen à avoir une relation de travail avec Trump», déclare Martin Quencez, membre du German Marshall Fund des États-Unis. «Cela donne à la France une position plus forte vis-à-vis de Berlin. »

Si Macron peut empêcher Trump de s’engager sur la voie d’une guerre commerciale, il gagnera un capital politique qu’il pourra déployer s’il poursuit ses deux grandes ambitions: réformer une France qui résiste au changement depuis 30 ans et inverser la tendance. le déclin relatif de l’Europe. Son objectif est de restaurer non seulement le muscle économique du continent, mais aussi l’idée ambitieuse voulant que l’Union européenne puisse être une superpuissance unifiée. Cette prémisse a été mise à l’épreuve au cours des dernières années, d’abord par la crise de la dette souveraine, puis par l’afflux de réfugiés fuyant la guerre et le terrorisme au Moyen-Orient, et enfin le vote sur le Brexit en 2016. Épuisé par les compromis nécessaires pour contenir Ces problèmes, la plupart des dirigeants européens souhaitent à présent préserver leurs pouvoirs souverains plutôt que d’accepter le plan de Macron pour une union plus fédérale. « Le destin de l’Europe est en train d’être décidé », a déclaré Macron dans une interview accordée à la télévision française le 15 avril. « Ma responsabilité est de faire progresser cette ambition au nom de La France, et c’est pourquoi je fais toutes ces réformes, toutes ces transformations. «